RADIO TaTARI (EP13) – Prog for Her Majesty – A retrospective of great prog from the UK 1967-1970

Ceux qui me connaissent savent à quel point je suis un fan fini de rock progressif. Pour ma part, ce courant musical fut MA matrice originelle ; le début de mon amour débordant et invétéré pour le 4ème art (alors que j’avais 14-15 ans)…

J’aimais bien des trucs avant de découvrir le prog (le classique, des musiques de films et de jeux vidéos, certains trucs rock/pop/rap) mais on peut vraiment dire que j’ai commencé à réellement TRIPER musique en découvrant Genesis, King Crimson, Yes, Gentle Giant, Pink Floyd, Van Der Graaf Generator (et bien d’autres).

Je commence donc une série d’épisodes radiophoniques qui seront dédiés à ce style qui m’est si cher. Pour le premier épisode, je me concentre uniquement sur les productions issues du Royaume-Uni (berceau du genre), en espérant trouver le temps un jour de me consacrer à des épisodes présentant les scènes italienne, française, belge, espagnole, canadienne, japonaise…

Donc, voici la genèse du prog-rock britannique (de 1967 à 1970). Certains des artistes ici présents sont à la lisière du prog et de la psych (ou du Hard Rock ou encore du Jazz-Rock). Choix assumé. Deal with it les proggeux orthodoxes.

Faîtes chauffer vos mellotrons et vos minimoogs ; ça va barder !

Tracklist :

1. The Beatles – A Day in The Life (Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, 1967)
2. The Moody Blues – Evening: The Sun Set: Twilight Time (Days of Future Passed, 1967)
3. The Nice – Rondo (The Thoughts of Emerlist Davjack, 1968)
4. Pink Floyd – A Saucerful of Secrets (A Saucerful of Secrets, 1968)
5. Family – The Chase (Music in a Doll’s House, 1968)
6. Procol Harum – In Held Twas in I (Shine On Brightly, 1968)
7. The Pretty Things – Private Sorrow (S.F. Sorrow, 1968)
8. Julie Driscoll, Brian Auger & The Trinity – Tropic of Capricorn (Streetnoise, 1969)
9. Jethro Tull – Bourée (Stand Up, 1969)
10. King Crimson – 21th Century Schizoid Man (In The Court of the Crimson King, 1969)
11. Colosseum – The Kettle (Valentyne Suite, 1969)
12. The Move – The Last Thing on My Mind (Shazam, 1970)
13. Soft Machine – Facelift (Third, 1970)
14. T2 – No More White Horses (It’ll All Work Out in Boomland, 1970)
15. Aardvark – The Outing (Aardvark, 1970)
16. Caravan – Can’t Be Long Now / Françoise / For Richard / Warlock (If I Could Do It All Over Again, I’d Do It All Over You, 1970)
17. Genesis – Stagnation (Trespass, 1970)
18. Emerson, Lake & Palmer – The Barbarian (Emerson, Lake & Palmer, 1970)
19. Gentle Giant – Alucard (Gentle Giant, 1970)
20. Atomic Rooster – Death Walks Behind You (Death Walks Behind You, 1970)
21. Nucleus – Elastic Rock (Elastic Rock, 1970)
22. High Tide – Death Warmed Up (Sea Shanties, 1969)
23. Van Der Graaf Generator – Killer (H to He Who Am the Only One, 1970)
24. Deep Purple – Child in Time (Deep Purple in Rock, 1970)
25. King Crimson – Lizard (Lizard, 1970)
Publicités

RADIO TaTARI ­- Episode 12 – Rituel

bardo1

Joyeux Halloween 2018 mes chers mélomanes taris !

Cette année, pour célébrer cette ancienne fête païenne,  je vous ai concocté un périple sonore assez insolite dans les limbes indicibles, à mi-chemin entre rêve et cauchemar… Un rituel lugubre sous forme de mixtape damnée.

Laissez vous transporter à travers de bien sombres contrées… Au programme : industriel satanique, classique contemporain crispant, death metal schizoide, dark ambiant suranné à souhait,  musique électro-acoustique à faire pâlir (d’effroi) les poils de nez du plus fugace des aventuriers du tympan… et bien sûr ce vieux cinglé Scott Walker (alias le grand-père que j’aurais aimé avoir).

Tracklist :

Mystère et boule de gomme…

RADIO TaTARI ­- Épisode 11 – Those CRAZY nights in ST-ETIENNE-DES-GRÈS !!!!

crazy-nights

Oyé Oyé Bonjour Salam Aleikoum Salut !

Un épisode complètement déjanté pour vous, mes frères et seuls amis. Des interventions pitoyables au micro (mes pires), des cafouillages à foison mais surtout : de la très bonne musique sélectionnée sur le pif, sans logique d’enchaînement. Le tout ne tient qu’à un fil mais ça demeure un de mes épisodes préférés pour cette raison.

Tracklist :

  1. You’re Still My Baby (Complete & Unbelievable: The Otis Redding Dictionary of Soul, 1966) by Otis Redding
  2. Krokodil (Abyssal Gods, 2015) by Imperial Triumphant
  3. If Not This Time (Cauldron, 1968) by Fifty Foot Hose
  4. Cold Was The Ground / Blues Trip #1 (Holy Letters, 1994) by L
  5. Lishonile (Batsumi, 1974) by Batsumi
  6. La Chanson de Mai (À l’entrée du temps clair, 1979) by Véronique Chalot
  7. Back There Benjamin (Everywhere at the End of Time – Stage 3, 2017) by The Caretaker
  8. 6.2 (6, 2003) by Supersilent
  9. Turku (Elektronik Türküler, 1974) by Erkin Koray
  10. Vordhosbn (drukqs, 2001) by Aphex Twin
  11. Abre La Puerta (El patio, 1975) by Triana
  12. Maiden Voyage (Maiden Voyage, 1966) by Herbie Hancock
  13. Long Season (98.12.28 Otokotachi no Wakare, 1999) by Fishmans

Radio Tatari – Couzibros en déliiiiire !!!

Bien l’bonjour m’sieurs-dames !

Et oui ! Je ne suis pas mort dans un funeste accident de portemanteau, comme vous auriez pu le croire vu l’absence totale (et même complète) de contenu sur le blogue ces 2 derniers mois.

Que s’est-il passé depuis tout ce temps ? Et bien, j’ai…

  • Mangé des pogos vegan avec Masami Akita
  • Été aspiré dans une dimension parallèle où tout est exactement pareille à la nôtre, à part le fait que les gens ont du stucco à la place du poil pubien
  • Imaginé ce que serait le Mexique si on remplaçait tous ses habitants par de délicieux cornets de crème glacée
  • Joué au mini-putt avec Jandek (expérience traumatique)
  • Épousé un dauphin
  • Demandé à Raoul Duguay comment on s’y prend réalistement pour fendre la forêt avec ses nerfs
  • Exploré la narine gauche de Salvador Dali
  • Tenté de réaliser un documentaire choc sur la vie spirituelle du célèbre trifluvien Jean Langevin

Ou… tout simplement… j’avais la flemme d’écrire pour être lu par à peu près personne.

N’empêche que je dois aimer ça quand même un peu car me revoici avec une update passée-date pas à peu près !

En effet, vers la fin Juin de cette année, mon cousin Nicolas et moi avons enregistré un looooong épisode de Radio TaTari (qui est, par la force des choses, devenu un diptyque). Cette première collaboration fut ma foi fort plaisante à enregistrer mais assez douloureuse à l’écoute… Finalement, boire une quantité astronomique de cerveza en s’enregistrant déblatérer  de musique n’est pas forcément l’idée du siècle, mais bon… Le tout est très rigolo et sympathique quand même. Et la musique est très bonne.

L’idée derrière ces émissions ? Le tout est parti d’un bête défi Facebook. J’avais « défié » mon cher cousin adoré de me lister ses albums préférés. À la base, quand j’avais été défié, je devais choisir 10 albums. Je n’ai pas respecté la consigne. Et Nicolas l’a encore moins respecté, en choisissant pas moins de 35 (!!!) albums, après un processus qui fut fort exigeant pour notre cher mélomane aux goûts expansifs.

Donc Nicolas a le plein contrôle de la programmation musicale de ces épisodes. Et tous deux, nous commentons (mal) les choix de pièces, en déviant de sujet (un peu trop) souvent 🙂

Le tout dure pas loin de 5 heures (!!!….!!!), donc c’est pour consommateurs avertis ! Voici voilà :

ÉPISODE 9

ÉPISODE 10

*Il y a tellement d’erreurs factuelles que je crois que ça ne vaut même pas la peine de tenter de les corriger. À bon entendeur va.

RADIO TaTARI – Épisode 8 – Pop Baroque Special

d’Endives et Noegrut associés vous présentent (avec amour) cette émission spéciale composée à 100% de délicieuse pop baroque (attention : peut contenir des traces d’arrangements somptueux).

En fin 2017, une amie m’a fait la demande spéciale de concocter un épisode consacré à ce genre qui trouve racine dans la deuxième moitié des sixties sucrées. Cet épisode t’est donc dédié Élyse ! J’espère que tu vas l’apprécier.

J’ai voulu bien sûr illustrer la richesse de la production de 1966 à 1970 en insérant des groupes et artistes qu’on ne présente plus (Beach Boys, Donovan, les frères marcheurs) mais la vaste majorité de la sélection est composée de pépites méconnues… Car le plaisir vient bien souvent de la découverte, n’est-il pas ? De plus, j’ai aussi voulu présenter des pièces du genre issues d’autres époques, comme les années 70, 80, 90 et 2000. C’est pourquoi on retrouve un mec comme le chanteur folk Sufjan Stevens (digne transfuge d’un Van Dyke Parks au niveau des arrangements), le groupe jangle pop The Pale Fountains, nos brit-popeux préférés en la forme de Blur, l’incréééédible groupe post-punk féminin Dolly Mixture ainsi que l’extra-terrestre Kate Bush (qui s’adonne ici à une version 80s synthétique/magique/mystique de pop baroque).

Pendant toute la préparation (éclair) de l’épisode, mon bon ami Noegrut (dont les connaissances du style bottent sévèrement le postérieur des miennes) a agit comme conseiller et m’a envoyé à peu près 700 suggestions via texto… Je crois d’ailleurs qu’il m’en envoie encore alors que j’écris ces lignes. Il y aura donc du matériel pour un second épisode sur le thème éventuellement.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à l’écoute de cet épisode et je vous laisse sur cette question : Quel style musical seriez-vous intéressé que j’exploite lors du prochain épisode spécial ? Répondez dans les commentaires !

TRACKLIST :

  1. Prelude / To Claudia on Thursday (Begin, 1968) by The Millennium
  2. Would You Believe (Single, 1968) by Billy Nicholls
  3. Easter Theatre (Apple Venus Volume 1, 1999) by XTC
  4. Some Velvet Morning (Nancy & Lee, 1968) by Nancy Sinatra & Lee Hazlewood
  5. Pretty Ballerina (Walk Away Renée/Pretty Ballerina, 1967) by The Left Banke
  6. Odyssey (The Smoke, 1968) by The Smoke
  7. Epitaph (You’ve Come This Way Before, 1968) by Nancy Priddy
  8. Paris 1919 (Paris 1919, 1973) by John Cale
  9. Lewis Takes Off His Shirt (Heartland, 2010) by Owen Pallett
  10. Have You Seen Your Brother Lately (Studio, 1967) by Tages
  11. Fly (Suddenly One Summer, 1968) by J.K. & Co.
  12. Nevertheless it was Italy (Playback, 1967) by The Appletree Theatre
  13. Mister Watchmaker (We Are Ever So Clean, 1967) by Blossom Toes
  14. Army Dreamers (Never for Ever, 1980) by Kate Bush
  15. My World Fell Down (Present Tense, 1968) by Sagittarius
  16. She’s Alone (Montage, 1969) by Montage
  17. The Universal (The Great Escape, 1995) by Blur
  18. Widow’s Walk (Song Cycle, 1967) by Van Dyke Parks
  19. Take a Picture (Take a Picture, 1968) by Margo Guryan
  20. Golden Brown (La Folie, 1981) by The Stranglers
  21. Wear Your Love Like Heaven (A Gift From a Flower to a Garden, 1967) by Donovan
  22. Come On! Feel the Illinoise! (Illinois, 2005) by Sufjan Stevens
  23. Emily Small (The Huge World of Emily Small, 1967) by Piccadilly Line
  24. Show Me The Way (Small Faces, 1967) by Small Faces
  25. Lisa (A Gift from Euphoria, 1969) by Euphoria
  26. Thank You (Single, 1982) by Pale Fountains
  27. Lonely Boy (The Story of Simon Simopath, 1967) by Nirvana
  28. Archangel (Single, 1966) by The Walker Brothers
  29. Whistling in the Dark (Demonstration Tapes, 1982) by Dolly Mixture
  30. Good Vibrations (Smile Sessions, 2011) by Beach Boys

RADIO TaTARI ­- Épisode 7

Oyé Oyé !!! C’est le grand retour de la Radio TaTARI pour le plaisir infini des petits, des grands et aussi des singes capucins. Voici le premier épisode de 2018 après une looooooongue pause.

Au programme (disparate, comme il se doit) :

  1. INTRO – Le Violongay se lamente au son des ondes martenot post-apocalyptiques
  2. Mean Old Devil (Electric Lucifer: Book II, 1979) by Bruce Haack
  3. MK Ultra (Quarantine, 2012) by Laurel Halo
  4. Black Fly (Reaching for Indigo, 2017) by Circuit des Yeux
  5. Love (Reggae, 1982) by Junior Delahaye
  6. 3.13 (Dark Space III, 2008) by Darkspace
  7. Sequenze e frequenze (Sulle corde di Aries, 1973) by Franco Battiato
  8. Great God Pan (That’s Harakiri, 2014) by SD Laika
  9. Expressure (If You’re Into It, I’m Out of It, 1997) by Christoph de Babalon
  10. Worst Ever Contender (Rezzett LP, 2018) by Rezzett
  11. Dialogando (Ritmo dell’industria n°2, 1969) by Alessandro Alessandroni
  12. Hello Skinny (Duck Stab, 1978) by The Residents
  13. Lower East Side (New Rap, 2006) by Keiji Haino & Tatsuya Yoshida
  14. Offering (Expression, 1967) by John Coltrane
  15. Chasing a Bee (Yerself Is Steam, 1991) by Mercury Rev

Niveau dégustation de bière, on se tape un petit chef d’oeuvre gustatif en la forme de la CATNIP IPA des merveilleux Noctem Artisans Brasseurs.

EN-JOIE !

*Vous pardonnerez mes interventions un brin minables au micro. J’accuse la fatigue (généreuses insomnies printanières) et la succulente bière ci-bas.

catnip-noctem

RADIO TaTARI ­- Episode 6 – Special Impressionism

monet

Épisode special dédié à la musique classique impressionniste.

Tracklist :

  1. Prélude à l’après-midi d’un faune by Claude Debussy
  2. Brazilian Impressions, i. Tropical Night by Ottorini Respighi
  3. Gnossienne No. 2 by Erik Satie
  4. Daphnis et Chloé, I. Lever du jour by Maurice Ravel
  5. Iberia. Evocación by Isaac Albéniz
  6. Arabesque n° 1 by Claude Debussy
  7. String Quartet No. 1 in G Minor, III. Romance: Andante sostenutob by Ralph Vaughan Williams
  8. On hearing the first cuckoo in spring by Frederic Delius
  9. Jeux d’eau by Maurice Ravel
  10. La Péri by Paul Dukas
  11. Requiem: Kyrie by Maurice Duruflé
  12. Nocturnes, I. Nuages by Claude Debussy
  13. Pavane pour une infante défunte by Maurice Ravel
  14. November Woods by Arnold Bax
  15. Gymnopedie #1 (arr.et orch. Debussy) by Erik Satie

RADIO TaTARI ­- Episode 5 – Special Horror Soundtracks

city-of-the-living-dead-zombie-makeup-review

Bin, salut là.

Je profite de cette belle soirée de Janvier 2019… pour vous souhaiter un très bel Halloween 2017 !!! « Mais kesk’il fait là, le con ? » seriez-vous en droit de vous demander (et vous auriez bien raison)…

Et bien, jadis, j’ai publié quelques épisodes de RADIO TaTari sur Mixcloud mais j’ai réalisé avec HORREUR récemment que je ne les avais même pas publié sur le blog en question ! Voilà pourquoi les quelques personnes qui suivent mes élucubrations radiophoniques ont peut-être remarqué qu’on est passé directement de l’épisode 4 (épisode hommage à la ravissante Yolande Ouellet, grande dame de la Trifluvie qui nous a malheureusement quitté trop tôt, partie taquiner les p’tits baveux et les bums de bas étage au 7ème ciel, AMEN) à l’épisode 7 (où on pouvait entendre, en intro, les gémissements un brin malsains de Éric, l’homme-violon).

Voici donc, sans plus tarder, le premier de ces épisodes « oubliés », que j’avais spécialement fait pour l’Halloween 2017.  Au programme : trames sonores de films d’épouvante (avec quelques petits giallos par ci par là).

Il y bien le Noel du campeur… alors pourquoi pas l’Halloween surgelé de la nouvelle année ? ENJOY (pour toutes les âmes perfides et damnées) !

Tracklist :

  1. extrait #1 (Let’s Scare Jessica to Death) by Orville Stoeber & Walter Sear
  2. « I remember » (The house by the cemetery) by Walter Rizzati
  3. Suspiria (Suspiria) by Goblin
  4. Henry Theme (Henry – Portrait Of A Serial Killer) by Robert McNaughton
  5. Fiend Discovered and Titles (Blood on Satan’s Claw) by Marc Wilkinson
  6. Main Title (Halloween III: Season of the Witch) by John Carpenter & Alan Howarth
  7. Death (Under The Skin) by Mica Levi
  8. La Lucertola (Lizard In A Woman’s Skin) by Ennio Morricone
  9. Générique (Les Diaboliques) by Georges van Parys
  10. Le Frisson des Vampires (Le Frisson des Vampires) by Acanthus
  11. Ave Satani (The Omen) by Jerry Goldsmith
  12. The Shock (Shock) by Libra
  13. extrait #2 (Let’s Scare Jessica to Death) by Orville Stoeber & Walter Sear
  14. A Witch Stole Sam (The Witch) by Mark Korven
  15. Main Title (The Shining) by Wendy Carlos & Rachel Elkind
  16. Stress Infinito (Spasmo) by Ennio Morricone
  17. Menage à Trois (Nekromantik) by John Boy Walton
  18. Introduzione, Paura, Liberazione (City of the Living Dead) by Fabio Frizzi
  19. Untitled (Legend of Hell House) by Delia Derbyshire & Brian Hodgson
  20. Magico Incontro (All the colors of the dark) by Bruno Nicolai
  21. Devil’s Nightmare (Devil’s Nightmare) by Alessandro Alessandroni
  22. It’s Halloween, Not Hanukkah (Trick ‘R Treat) by Douglas Pipes
  23. Halloween Theme (Halloween) by John Carpenter (version Secret Chiefs 3)
  24. Les Lèvres Rouges (Les Lèvres Rouges) by François de Roubaix
  25. The Back Room (Tourist Trap) by Pino Donaggio
  26. Amityville Horror (Amityville Horror) by Lalo Schifrin
  27. Hyper Sleep (Alien) by Jerry Goldsmith
  28. Surreal (The Living Dead at the Manchester Morgue) by Giuliano Sorgini
  29. Sign Of The Hitch-Hiker (The Texas Chainsaw Massacre) by Tobe Hooper & Wayne Bell
  30. Bruder des Schattens, Sohne Des Lichts (Nosferatu) by Popol Vuh
  31. Profondo Rosso (Deep Red) by Goblin
  32. Matching Mirrors, Morgiana’s Prowl (Morgiana) by Lubos Fiser
  33. Helen Has Green Eyes (Possession) by Andrzej Korzynski
  34. Zombie (Zombie 2) by Fabio Frizzi
  35. Dawn Odyssey (Last House on Dead End Street) by David Fanshawe
  36. Main Title (A Nightmare on Elm Street) by Charles Bernstein
  37. Title (It Follows) by Disasterpiece
  38. Unreleased Hellraiser Theme (Hellraiser) by Coil
  39. Absurd (Absurd / Antropophagus 2) by Carlo Maria Cordio
  40. Eat (Hausu) by Asei Kobayashi & Micky Yoshino
  41. Willow’s Song (The Wicker Man) by Paul Giovanni & Magnet
  42. Droge CX 9 (Vampyros Lesbos) by Manfred Hübler & Siegfried Schwab
  43. Welcome To Creepshow (Creepshow) by John Harrison
  44. Mater Tenebrarum (Inferno) by Keith Emerson
  45. The Conjuring (The Conjuring) by Joseph Bishara
  46. Lullaby (Rosemary’s Baby) by Krzysztof Komeda
  47. Chi L’Ha Vista Morire? (Who Saw Her Die?) by Ennio Morricone
  48. It Was Always You, Helen (Candyman) by Philip Glass
  49. Carol Anne’s Theme (Poltergeist) by Jerry Goldsmith
  50. Voci Dal Nulla (The Beyond) by Fabio Frizzi
  51. The Simpsons Halloween Special End Credits Theme by Danny Elfman

RADIO TaTARI ­- Episode 4

Bonjour à tous (oui, même toi Sébastien Benoit) !

Bienvenue à ce 4ième épisode de la Radio Tatari. Un beau 3 heures (+) de pur bonheur auditif et houblonné pour le plaisir de moi seul et possiblement de 4 autres personnes, incluant un homme-tronc ainsi qu’un lama bionique lançant des éclairs par les yeux.

Les non-lecteurs de ce blog ont probablement vu que le rythme de publication des chroniques s’est grandement estompé depuis que je publie des épisodes radiophoniques… C’est un des aspects malheureux de la vie qui me limite beaucoup en temps consacré à ce site et qui me force à faire des choix. Néanmoins, j’espère avoir un rythme de croisière plus régulier niveau  écriture ces prochaines semaines mais… rien n’est moins sûr.

Je vous laisse apprécier cet épisode avec, pourquoi pas, une bonne IPA !

RADIO TaTARI ­- Episode 3 (SpéciAL DRONE)

Bonjour à tous (spécialement les pieuvres) !!!

Cette semaine à votre radio TaTARI adorée, vous avez droit à un épisode spécial consacré à un genre musical qui m’est cher : Le Drone.

Tout d’abord, mais qu’est-ce que cela que le drone ? Et bien, c’est un genre musical généralement minimaliste où l’on fait usage de bourdons (drones en anglais) composés de sons, de notes et de clusters maintenus ou répétés. Les pièces de drone sont généralement longues et présentent peu de variations harmoniques (bien que cela n’est pas un absolu).

Pour le néophyte, cette description peut sembler un brin obscure… Pour vous donner un exemple de sonorités dites drone issu de la culture populaire, pensez au mur de son généré par ces milliers de vuvuzelas lors de la coupe du monde de soccer.

vuvuzela_wide-3b079dc2fc3e821439534dba8b2a9a2f5dcd4e73

Vous êtes déjà apeuré ? Mais non, voyons… il ne faut pas 🙂

Au Moyen-Âge, on retrouve le Drone dans ces morceaux de musique profane ou sacrée qui prennent leur assise sur le grondement constant d’une vielle à roue… ou encore dans ces chants grégoriens célestes où les réverbérations de la voix humaine s’élèvent solennellement dans les églises.

569e312c96133

Dans les musiques traditionnelles à travers le monde, il est pratiquement impossible de savoir quand le drone est véritablement apparu tant il est présent et ce, dans plusieurs cultures musicales différentes. En musique indienne classique et trad, le tampoura (instrument à cordes métalliques, utilisé surtout pour « donner le ton ») est omniprésent et produit un bourdonnement harmonique constant à travers des morceaux généralement très longs.

Dans la musique Gagaku (musique la plus ancienne au Japon), le Shô, sorte d’orgue à bouche, produit un drone donnant sur les aigus et servant d’assise à la trame mélodique.

b16bb60e81838fdd0ed1ac17b00cfb87

Si on pense à l’Écosse, on ne peut pas passer outre la cornemuse 🙂 Même chose pour le didgeridoo dans la musique des aborigènes en Australie.

Bref, le Drone est partout et ce, depuis toujours. Par contre, il est catégorisé comme style musical uniquement au milieu du 20ème siècle, suite aux expérimentations du compositeur américain La Monte Young et des membres de ses différents ensembles de recherches sonores (dont le légendaire Theater of Eternal Music, qui a compté en son sein Tony Conrad, John Cale, Marian Zazeela et Terry Riley)… La Monte Young se disait inspiré par le Gagaku, la musique indienne classique de Pandit Pran Nath, la musique atonale (Anton Webern en particulier), le jazz mais aussi le bourdonnement des centrales électriques qui l’ont bercé dans son enfance en Idaho (il leur dédiera d’ailleurs une oeuvre). On peut dire que Young est un peu le père spirituel du Drone moderne.

DreamHouse

Les séances d’improvisations de Young et de ses compères ont énormément influencé une frange de Kraut-Rockers… qu’on pense à Tangerine Dream (et leur album monolithique « Zeit »), Can, Kraftwerk, Cluster ou encore Faust. On retrouve aussi du drone dans la musique des Américains du Velvet Underground (vu le lien filial direct avec John Cale), et donc, dans pas mal de groupes et artistes que ce groupe illustre de l’underground a influencé. C’est pratiquement cliché de le redire mais le premier album du Velvet Underground ne fut pas vraiment un succès commercial mais on raconte souvent que chaque personne qui l’a acheté a par la suite fondé un groupe…

De nos jours, la Drone Musik se retrouve partout, dans tous les styles… Qu’on pense aux Doom Métalleux de Sunn o))), Earth et Nadja… au post-rock de Godspeed You! Black Emperor et Mogwai… à la musique ambiante moderne (Aphex Twin, Gas, Stars of the Lid, Mountains, Tim Hecker, William Basinski)… aux trames sonores de « Under the Skin » de Jonathan Glazer (signée Mica Levi), « Melancholia » de Lars Von Trier ou encore les différentes bandes sons des films de David Lynch qui s’ont l’oeuvre d’Angelo Badalamenti ou de Lynch lui-même… ou même dans la musique d’artistes populaires comme Radiohead, Wilco et Portishead.

Sunn_O)))_-_Brutal_Assault_01.jpg

C’est cette prévalence que j’ai voulu illustrer avec cette modeste playlist de plus de 4 heures (!!!… mais bon, c’est le style qui veut aussi). Et c’est aussi pour contrecarrer quelque peu cette idée toute faîte que « le drone, c’est tout le temps la même maudite affaire » que je vous présente aujourd’hui ce 3ème épisode de Radio TaTari.

Contrairement aux 2 premiers épisodes, il n’y aura aucune intervention au micro de votre humble serviteur. J’ai préféré laisser les sons parler d’eux même et ne pas interrompre le flot bourdonnant qui saura ravir les tympans des plus fugaces d’entre vous.

AU PROGRAMME

01. Tim Hecker – I’m Transmitting Tonight
02. Pauline Oliveros, Stuart Dempster & Panaiotis – Suiren
03. Tony Conrad & Faust – The Side of the Machine
04. Deathprod – Dead People’s Things
05. Ravi Shankar – Raga Ahir Bhairav
06. Stars of the Lid – Austin Texas Mental Hospital, Part 2
07. La Monte Young – 31 VII 69 10:26 – 10:49 PM: Munich From Map of 49’s Dream the Two Systems of Eleven Sets of Galactic Intervals Ornamental Lightyears Tracery
08. The Dead C – Driver U.F.O.
09. Hash Jar Tempo – Untitled #1 (tiré de l’album « Well Oiled »)
10. Thomas Köner – Teimo
11. Hermann Nitsch – Island: Eine Sinfonie in 10 Sätzen
12. Sunn o))) – Hell-O)))-Weenn
13. Inca Ore – Silver Wings
14. Eliane Radigue – Kyema
15. Taj Mahal Travellers – Between 6:20 and 6:46 PM
16. Pelt – True Vine
17. Mount Eerie – Sauna
18. Technical Space Composer’s Crew – Ho-Mai-Nhi (Boat Woman Song)
19. The Bulgarian Voices « Angelite » & Huun-Huur-Tu – Fly, Fly My Sadness
20. Jóhann Jóhannsson – Virðulegu Forsetar